Et si nos enfants…

Ainsi va ma vie Add comments

DSC_0175

La vie nous joue parfois bien des tours.  Elle a le don de nous surprendre au détour de la route pour changer nos plans, modifier nos perceptions, nous faire grandir.  Depuis 10 ans, j’ai eu mon lot de « surprises » de la vie : divorce, remariage, déménagement en Ontario, poste de conseillère pédagogique, première grossesse, diagnostic de trouble bipolaire.  Tous ces événements, porteurs de profondes émotions ont eu un impact majeur dans mon existence.  Je ne suis plus la même Geneviève d’il y a 10 ans.  J’ai changé pour le mieux même si je dois vivre le reste de mes jours avec une maladie mentale.

Mais la vie avait encore quelque chose en réserve pour moi.  Il y a un peu plus de deux ans, mon mari a aussi reçu le diagnostic de trouble bipolaire suite à des variations de son humeur et à un épisode de dépression.   Cette maladie mentale étant présente dans sa famille, ce ne fut pas tant une révélation choc dans son cas.  Mais l’impact du diagnostic ne fut pas pour autant négligeable.   La phase d’acceptation pour lui fut plus longue que la mienne.  La stigmatisation rattachée à la maladie mentale l’a davantage affecté.  Aujourd’hui, il ne s’en cache plus et tout comme moi, il a à cœur de partager son histoire pour faire disparaître les tabous.

Qui aurait cru, le jour de notre mariage, que le même diagnostic nous attendait, mon mari et moi?

Mais alors que dire des risques que nos enfants reçoivent le même diagnostic?  Leur bagage génétique est évidemment prédisposé au trouble bipolaire.  N’est-ce pas un peu égoïste, voire irresponsable, de vouloir mettre au monde un enfant qui a des chances de souffrir d’une maladie mentale pour le reste de ses jours?

Notre décision d’avoir un deuxième enfant n’a pas été prise à la légère et c’est en toute connaissance de cause que suite au diagnostic de mon mari nous avons quand même fait le choix d’agrandir notre famille.  Va-t-on éviter d’avoir un enfant parce qu’on est diabétique, qu’on est prédisposé à des troubles cardiaques ou à certains cancers?  Je ne crois pas.  Le trouble bipolaire, ce n’est pas différent : ça se soigne, comme bien  d’autres maladies physiques  que l’on peut retrouver dans un bagage génétique.  En fait, qui d’autres que nous, les parents de nos enfants, sont les mieux placés pour les éduquer par rapport à cette maladie mentale et les épauler s’ils en recevaient le diagnostic?

Dans les bons comme dans les mauvais jours, dans la santé comme dans la maladie… on continue courageusement notre histoire d’amour.  Et cette histoire passionnante inclut des enfants.  Nos enfants.

 

Partager:
Facebook Twitter Digg Delicious Reddit Stumbleupon Tumblr Email



  • A heartrending and beautifully written post – I agree that you have every right to have children!! Each child in this world will have at least one serious health challenge in life, and our job as parents is to be there for our children in every way possible when this happens, without losing our own health and stability.

    While my husband does not also have bipolar, my father did have it, and so there is the very real possibility that one or both of my children has inherited the genetic pattern for developing bipolar.

    I hope more than anything they won’t manifest bipolar one like we did, but if either of them do, my husband & I will know how to help them.

    On a separate note, I hope for a cure for bipolar in our lifetime. If we can send people to the moon and back, why not develop a cure available for bipolar disorder and depression? Never say never! 🙂

    Take care and I’ll be thinking good thoughts for you during this very exciting time!

    • genevieved

      Thank you so much for your comment Dyane! I, too, am hoping for a cure for bipolar in our lifetime. By the way, I really liked your recent post about how difficult it is to write a book. I find it hard too. I’d rather write a blog post (like I did yesterday) instead of a chapter in my book… And I should be more disciplined and set a specific time a day to write. I’ll try to motivate myself by thinking of you and your motivation 🙂

  • Kitt O’Malley

    Merci.

    • genevieved

      Ça me fait plaisir, Kitt 🙂

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.