Le chapitre 9 de mon livre

Aucune catégorie No Comments »

L’écriture du chapitre 9 de mon livre s’étire… J’ai du mal à trouver le temps d’écrire dans mes fins de soirées bien souvent chargées de tâches à faire qui son reliées à mon emploi.  Pour faire plaisir à ceux qui ont bien hâte de lire la suite de mon histoire, j’ai donc décidé de publier ce que j’ai de fait jusqu’à maintenant.  Le reste du chapitre suivra sous peu, je l’espère bien!

Et si on parlait d’une deuxième grossesse?

Ainsi va ma vie 3 Comments »

Il y a près de deux semaines, j’ai eu mon rendez-vous de routine avec mon psychiatre.  J’en ai bien sûr profité pour lui raconter ma tentative d’arrêt de ma médication au cours de l’été (voir mon billet daté du 30 juillet).  Je lui ai expliqué mes symptômes et ma décision de revenir à ma prise de médicament.  Comme les symptômes que j’ai ressentis étaient plutôt de l’ordre de l’anxiété qu’un débalancement de mon humeur, je lui ai demandé si l’anxiété pouvait être reliée au trouble bipolaire.  Il m’a répondu que c’est le cas.  Aussi, d’après les lectures que j’ai faites sur le sujet, j’ai appris que l’anxiété est un symptôme courant du trouble bipolaire et que la moitié des gens affectés par le trouble bipolaire souffre aussi du trouble de l’anxiété*.  Ceci dit, mon psychiatre m’a parlé d’envisager une prise de médicament à long terme.  Il m’a donc renseignée sur les effets secondaires possibles de l’olanzapine (nom de mon médicament) pris sur une longue période de temps soient la prise de poids et les risques de diabète.  Mais comme la dose que je prends est minimale et que je suis en bonne santé, il n’y a pas lieu que je m’inquiète vraiment à ce niveau.  Ce qui m’a rassurée.

Mais ce qui me tracassait un peu, c’est l’idée de continuer à prendre mon médicament pendant une future grossesse.  Car, oui, malgré tout ce que j’ai vécu suite à mon premier accouchement, mon mari et moi avons l’intention d’avoir un autre enfant bientôt.  Comme me l’a si bien dit mon psychiatre : « Would you stop walking because you are affraid of falling? » (Arrêterais-tu de marcher par crainte de tomber?).  Oui, les risques d’avoir un autre épisode bipolaire ou une psychose du post-partum sont très présents dans mon cas, mais en étant suivie de prêt, j’ai beaucoup plus de chance de prévenir une rechute.  Mais est-ce que le fait de prendre de l’olanzapine pendant ma grossesse augmente les risques de malformation du bébé?  À ce sujet, mon psychiatre m’a rassurée en me disant qu’aucune recherche pour le moment ne prouve qu’il y ait un risque plus élevé de malformation.  Le choix de continuer à prendre ma médication ou pas me revient.  Si je voulais être plus rassurée, il m’a suggérée de cesser d’en prendre pendant le premier trimestre, quitte à vivre avec les désagréments reliés à l’anxiété qui pourrait refaire surface.  Cette option ne m’enchante guère…

J’ai donc décidé de me renseigner auprès de MOTHERISK (http://www.motherisk.org/women/index.jsp) , un organisme torontois qui informe les femmes au sujet de la grossesse et de l’allaitement en plus de donner beaucoup d’information au sujet de la prise de médicaments au cours de ces périodes critiques pour la santé des mères et de leur bébé.  Cet organisme m’avait justement été recommandé par mon psychiatre lors de mon hospitalisation, lorsque j’ai voulu savoir si je pouvais continuer d’allaiter tout en prenant mon médicament. Il y a quelques jours, j’ai alors téléphoné à MOTHERISK afin de poser ma question pour en avoir le cœur net.  Je fus très satisfaite de la réponse : je peux continuer de prendre de l’olanzapine pendant toute ma grossesse sans risque de malformation pour le bébé.  Quel soulagement!

Mon mari et moi sommes donc prêts pour un nouveau défi.  À l’action 😉

 

*Sources :

camh Centre de toxicomanie et de santé mentale http://www.camh.ca/fr/hospital/health_information/a_z_mental_health_and_addiction_information/bipolar_disorders/borderline_personality_disorder_information_guide_for_families/Pages/bipolar_infoguide_treatments.aspx

Centre des troubles anxieux et de l’humeur http://ctah.eu/espaces.php?ref=612 ).

Reportage très touchant sur la psychose du post-partum

Informations sur la psychose du post-partum No Comments »

À travers un merveilleux blogue américain dédié aux femmes qui souffrent de maladies mentales reliées à la période du post-partum (www.postpartumprogress.com) , je suis tombée sur un reportage très touchant portant sur la psychose du post-partum.  Réalisé par BBC News, ce reportage contient trois témoignages authentiques: deux femmes ayant souffert de psychose du post-partum et celui d’un homme dont la femme atteinte de la même maladie, est morte des suites de ses brûlures après avoir poignardé son nourrisson et mis le feu à sa chambre.

Ce reportage vaut la peine d’être visionné pour mieux comprendre cette maladie du post-partum qui touche une femme sur 500.

Voici le lien qui mène au reportage.  Il contient un document écrit qui résume le reportage et trois extraits vidéos.  Si vous voulez visionner le reportage en entier, cliquez sur la quatrième vidéo qui est à la fin de l’article.

http://www.bbc.co.uk/news/health-19323695

Bon visionnement!

Le chapitre 8 de mon livre est enfin disponible

Aucune catégorie No Comments »

Et voilà. J’ai enfin terminé l’écriture du chapitre 8.  Ce qui fut le plus long, c’est de traduire tout le document que j’ai écrit lors de mon hospitalisation en attendant d’avoir ma médication pour la première fois.  Chaque fois que je relis ce document de près de onze pages, je me souviens de la frénésie que j’éprouvais en l’écrivant.  J’étais dans un état de manie, auquel s’ajoutait un sérieux manque de concentration et un état de panique occasionnel.  La lecture de ce document prouve de toute évidence que je n’étais pas dans mon état normal, quoique je faisais tout en mon pouvoir pour ne pas perdre contact avec la réalité…  Je voulais tellement que ce document soit lu et qu’il soit un jour utile à quiconque vivrait une situation semblable à la mienne (ou à toute autre personne qui voudrait comprendre ce que j’ai vécu) !  Enfin, bien qu’il ait été utile lors de mon hospitalisation, je ne sais pas s’il continuera de l’être à travers ce blogue (mon livre).  J’ose espérer que ce soit le cas…

Bonne lecture!

Un essai sans médication

Ainsi va ma vie No Comments »

Depuis que j’ai été diagnostiquée avec un trouble bipolaire du post-partum, je continue de voir le psychiatre qui m’a traitée sur une base régulière.  Cela permet de faire un suivi de ma condition et d’ajuster ma médication au besoin.  Depuis la dernière année, mes rendez-vous ont été un peu espacés puisque dans l’ensemble, je me porte plutôt bien.  Mes rendez-vous ont donc été placés aux deux mois.  Lors de ma dernière visite à la mi-juin, mon psychiatre m’a suggéré d’essayer d’arrêter complètement ma médication puisque la dose que je prends est minimale et que mon état est stable.  Il m’en avait déjà parlé quelques mois auparavant, mais il préférait que j’attende aux vacances d’été, un temps de l’année qui génère moins de stress que les mois où je travaille.  Voyant que j’étais un peu nerveuse à l’idée de me sevrer de mes médicaments, il m’a rassurée en me disant que si je ressentais une fluctuation de mon humeur, je pouvais de moi-même décider de reprendre ma médication à tout moment.

Je lui ai donc demandé si le fait d’arrêter ma médication voulait dire que mon trouble bipolaire était guéri.  Il m’a répondu que ce n’est pas le cas.  Il m’a expliqué qu’on peut être bipolaire sans avoir à prendre de médicament sur une base régulière, ce que je ne savais pas.  Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas de rechute de manie ou de dépression.  Cela reste toujours une possibilité.  Mais si je respecte quelques règles d’hygiène de vie tel que faire de l’exercice régulièrement, dormir suffisamment et bien gérer les situations de stress, je peux diminuer les chances d’éventuelles rechutes.  C’est donc avec espoir mais avec quelques petites appréhensions que j’ai quitté son bureau avec l’idée de cesser de prendre mes médicaments dans les jours qui suivraient.

À partir de la dernière semaine du mois de juin, j’ai décidé d’arrêter.  Je n’ai senti aucune différence dans mon état durant la première semaine.  Puis les vacances sont arrivées.  J’étais très fatiguée et je fus prise avec un rhume pendant un séjour en famille au Vermont.  J’ai alors commencé à ressentir de l’anxiété à l’idée que je serais trop fatiguée pour préparer notre déménagement prévu pour le 22 juillet.  Au retour du Vermont, j’ai commencé à faire de l’insomnie.  Plus je me sentais fatiguée, moins j’étais capable de dormir.  Je me suis donc mise à stresser à l’idée que ma condition psychologique pourrait être affectée par mon manque de sommeil.  Je me sentais faible et mes pensées ne faisaient que tourner autour de mon état.  J’étais très anxieuse et peu productive.  Je sentais que quelque chose ne tournait pas rond…

J’en ai parlé avec mon mari et ma mère pour conclure que je devrais reprendre ma médication pour voir si je me sentirais mieux.  Je savais que ma médication a aussi comme effet de calmer l’anxiété en plus de stabiliser mon humeur.  C’est donc un peu à contre cœur que j’ai recommencé à la prendre après quatre semaines sans elle.  En moins de 24 heures, l’effet bénéfique se fit ressentir.  J’ai retrouvé le sommeil et l’anxiété a pratiquement disparu.  J’ai tout de suite eu l’impression de reprendre contrôle sur mes pensées qui sont devenues beaucoup plus positives.  Je me sentais aussi plus en forme.  J’étais finalement soulagée d’avoir pris cette décision.

Mon prochain rendez-vous chez mon psychiatre est au début du mois de septembre. Je suis curieuse de savoir ce qu’il va me dire quand il apprendra ce qui est arrivé.  Est-ce que cette expérience démontre que je ne peux pas fonctionner normalement sans médication?  Est-ce que c’était juste un mauvais « timing » avec le déménagement?  Je ne sais pas trop…  Une partie de moi aimerait bien savoir que je peux me passer de médicament, mais je suis capable de vivre avec l’idée que j’en aurai peut-être besoin pour le reste de ma vie.  Comme mon psychiatre me l’a si bien dit il y a quelques mois, le trouble bipolaire, c’est une maladie comme une autre.  Quelle différence y a –t-il entre le fait de prendre des médicaments pour soigner le diabète et le fait d’en prendre pour traiter le trouble bipolaire?  Les deux maladies se traitent et les gens qui en souffrent peuvent bien fonctionner grâce à ces derniers.  Pourquoi ressentir plus de honte quand on est bipolaire que lorsqu’ on souffre de diabète?

 

Et si la psychose du post-partum était en cause?

Informations sur la psychose du post-partum No Comments »

Jeudi matin, en pleine semaine de la santé mentale, je me rendais de bonne humeur au travail, écoutant tranquillement les nouvelles locales à la radio.  Quel ne fut pas mon choc quand on annonça qu’une mère de Mississauga venait d’être accusée du meurtre au premier degré de son bébé de 4 mois.  Mon cœur se brisa… Plutôt que d’être outragée de cet acte tragique, je fus remplie de tristesse et de compassion envers cette mère.  Je soupçonnai tout de suite que la psychose du post-partum pouvait être en cause et j’espérai de tout cœur que cette éventualité puisse être envisagée par le juge de la cour.  Une évaluation psychologique devait être faite avant que la sentence ne soit donnée.  Cette nouvelle me hanta pour le reste de la journée…

Aujourd’hui, je ne pus m’empêcher de chercher un article dans les médias qui parlait plus en détails de cette poignante nouvelle.  Je tombai alors sur un article du Toronto Star intitulé : Mothers accused of killing their babies: Did postpartum psychosis play a role?  Deux journalistes ont eu la brillante initiative d’aborder le sujet de la psychose du post-partum pour tenter d’expliquer ce qui aurait pu pousser cette mère à tuer son jeune bébé.  L’article est très bien rédigé et explique  les symptômes de la psychose du post-partum dans un langage simple à comprendre, le tout appuyé par des citations du  Dr. Ariel Dalfen qui est à la charge du département de la santé mentale périnatale de l’hôpital torontoise Mount Sinai Hospital.

En lisant cet article, je ressentis de la reconnaissance envers ces deux journalistes qui ont eu l’audace d’aborder ce sujet dans les médias au lieu d’accuser froidement cette mère de criminelle sans cœur (comme plusieurs ont dû le faire en entendant cette nouvelle).  Plus on parlera ouvertement de la santé mentale du post-partum, moins les mères qui souffrent ressentiront la honte qui les empêche trop souvent de se faire soigner à temps et convenablement.

En cette fin de la semaine de la santé mentale, je vous encourage à lire cet article.  Voici le lien :

http://www.thestar.com/news/article/1177429–mothers-accused-of-killing-their-babies-did-postpartum-psychosis-play-a-role?bn=1%E2%80%8F

Avant-goût du chapitre 8

Aucune catégorie No Comments »

Comme je sais que la sortie du chapitre 8 de mon livre se fait attendre, j’ai pensé vous donner un bref avant-goût de son contenu, question de vous mettre en appétit.

Le soir où je devais recevoir ma médication pour la première fois à l’hôpital, j’ai décidé de mettre par écrit tout ce qui me passait par la tête.  Comme j’étais seule dans ma chambre, en proie à une autre montée de manie et à une crise de panique, l’écriture s’avéra ma bouée de sauvetage le temps que mon mari arrive pour me tenir compagnie.  Voici donc quelques extraits des dix pages que j’ai rédigées et que vous pourrez lire en entier dans mon chapitre 8.  Comme tout ce que j’ai écrit était en anglais, je vous en fais la traduction libre.

« Pour mon mari.  Ne pas jeter.  Garder sur mon lit s.v.p  (…) J’ai un trouble du post-partum avec des symptômes de psychose.  C’est vraiment poche!!! Mais j’arrive à comprendre et à accepter cela pour le moment avec l’aide de Gerhard.  Je ne sais pas pour le futur, toutefois… (…) J’ai une montée de chaleur et je me sens proche de paniquer maintenant.  J’essaie de me contrôler moi-même.  Je ne sais pas si je peux… C’est tellement difficile!  Je veux juste appuyer sur le bouton pour avoir de l’aide. (…)  J’espère TELLEMENT ne pas être folle maintenant.  Je me demande presque tout le temps si je suis moi-même (même maintenant).  J’ai hâte de voir Gerhard et qu’il lise ceci.  J’espère qu’il comprendra.  Je sais (je suis en train de pleurer) qu’il m’aime tellement.  Mais je peux voir que c’est difficile pour lui de me voir ainsi… (…) Wow! J’écris tellement vite !!! J’imagine que je peux ralentir. (…) Pourquoi est-ce que… Je ne me rappelle plus ce que je disais… Je crois que je me sens en lien avec la réalité maintenant… peut-être pas. »

La suite bientôt…

Dépression post-partum et psychose post-partum

Informations sur la dépression du post-partum, Informations sur la psychose du post-partum No Comments »

Voici un lien pour visionner une vidéo portant sur la dépression post-partum et la psychose post-partum.  Deux témoignages touchants de mères qui en ont souffert.    Le tout est très bien commenté par une psychiatre québécoise spécialisée sur la question.

Le deuxième témoignage me touche particulièrement car il contient des informations qui expliquent en grande partie ce que j’ai vécu.

Cliquer sur le lien ci-dessous et ensuite cliquer sur “Voir le segment”.  Bon visionnement!

http://pilule.telequebec.tv/occurrence.aspx?id=882

Le courage

Ainsi va ma vie No Comments »

« Avec courage, vous allez oser prendre des risques, avoir la force d’être compatissant et la sagesse d’être humble.  Le courage, c’est la base de l’intégrité. » 

 Keshavan Nair

En réaction à la lecture de mon blogue et plus particulièrement à la lecture des chapitres de mon livre, plusieurs personnes me disent à quel point elles me trouvent courageuse de partager mon histoire de façon si personnelle et honnête.  Sans vouloir discréditer leur commentaire, je dois toutefois avouer que ce partage de mon expérience du post-partum ne me demande pas vraiment de courage.  Au contraire, je ressens une envie pressante de faire connaître ce que j’ai vécu afin de mieux informer mon entourage et faire tomber les tabous sur la santé mentale du post-partum. Si, à travers mon blogue, je peux aider d’autres femmes à reconnaître les symptômes d’un trouble de l’humeur du post-partum et ainsi éviter des conséquences malheureuses, je serai contente et je saurai que mon expérience n’aura pas été vécue en vain.

 

En fait, ce qui me demande le plus de courage, c’est de vivre chaque jour avec espoir et certains jours en combattant ma crainte qu’une rechute se produise.  C’est de reconnaître que je ne suis plus tout à fait la même depuis mon épisode bipolaire et ma psychose.  C’est de continuer de vivre ma vie le plus normalement possible quand l’anxiété s’immisce en période de stress.  C’est d’avouer que j’ai des limites et d’écouter mon corps lorsqu’il m’envoie des signaux.  C’est d’oser expliquer ces limites à mon entourage en courant le risque de paraître moins « forte » que je voudrais bien le laisser paraître.  C’est d’être qui je suis vraiment. C’est d’être MOI…

 

Et savez-vous ce que ce courage m’apporte?  Une meilleure connexion avec mon entourage.  Des gens qui me partagent à leur tour des expériences difficiles qu’ils ont vécues ou qu’ils sont en train de traverser, ce qui fait qu’ensemble, on se sent mieux compris.  Ce type de courage entraîne la connexion avec autrui et la compassion.  N’est-ce pas là ce dont notre monde a le plus besoin?

Et pourquoi pas un miracle?

Informations sur la psychose du post-partum No Comments »

Dans le chapitre 6 de mon livre, la manie refait soudainement surface, mêlée d’idées délirantes typiques à la psychose.  Mes malaises physiques disparaissent et me font indéniablement croire que je suis guérie, que Dieu, dans sa grâce, a opéré un miracle.

En m’informant davantage sur les symptômes de la psychose, j’ai découvert que les idées délirantes découlant de cette dernière se rapportent habituellement à des idées de grandeur ou sont reliées à la religion.  Rappelez-vous la nuit où j’ai écrit un courriel à ma sœur, croyant  ainsi avoir répondu à l’appel du Saint-Esprit (voir le chapitre 4 de mon livre).   Je devais absolument faire la volonté de Dieu pour éviter le pire à ma sœur.  Cette conviction était de toute évidence le fruit de la psychose…  Et le fait de croire à un miracle dès que je me suis sentie mieux à l’hôpital démontre que j’étais bel et bien sous l’emprise de la psychose…

Designed by NattyWP Wordpress Themes.
Images by desEXign.